fbpx

Lumière sur les métiers pour restaurer une case créole !

Bien plus qu’une simple habitation, la case créole est le témoin muet de l’histoire de La Réunion : un facteur identitaire qu’il faut aujourd’hui préserver. Majoritairement construite en bois, elle est le terrain de jeu préféré des insectes xylophages et doit résister à la violence des cyclones que subit régulièrement la région. Heureusement, des professionnels peuvent intervenir et réhabiliter cet héritage du passé : voici les métiers à solliciter.

L’évolution de la case créole réunionnaise

La case créole est le fruit de nombreuses influences (française, anglaise, hollandais, malgache, indienne, chinoise…) et reflète bien l’histoire de La Réunion.

À l’origine, il s’agissait d’une construction en bois, de forme rectangulaire, recouverte d’une toiture à 4 pans et avec des murs en bardeaux (lattes de bois superposées). Sa distribution était traditionnellement symétrique, avec, au centre, une grande pièce, desservant une chambre de part et d’autre.

Puis au fil des années, cette architecture – à domination européenne – a subi des influences externes. À l’image de la varangue, cette véranda destinée à se protéger du soleil, qui s’est transformée en véritable pièce de vie, en façade de la maison. Ou encore du « Guétali », ce kiosque, légèrement surélevé, conçu pour pouvoir regarder les passants sans être vu.

À partir des années 1860, la case créole réunionnaise s’est embellie avec l’arrivée des lambrequins sur les auvents. Destinés à remplacer les gouttières, ces ornements permettaient, en plus, d’orienter les gouttes de pluie vers les plantes et fleurs situées en dessous.

Les artisans à solliciter pour restaurer une case créole

Pour respecter la tradition et continuer à transmettre les valeurs patrimoniales qu’elle représente, voici les artisans qui peuvent restaurer votre construction dans les règles de l’art :

Le tailleur de pierre

Cet artisan est appelé pour réaliser les parties dures de la case créole comme le dallage, les marches d’escalier, et les soubassements. Dans le cadre d’une restauration, le tailleur de pierre n’hésite pas à utiliser des outils traditionnels, sans électricité, pour respecter les méthodes ancestrales (tout en étant écologique !).

Les professionnels encore en activité sont majoritairement situés près des rivières Saint-Étienne, du Mât et des Galets, au plus près de leur matière première, à savoir le galet.

Le charpentier

Cet artisan est appelé pour s’occuper de l’ossature de la case créole, souvent à pan de bois. En fonction des interventions et des constructions, le charpentier utilise des outils de frappe (marteau, maillet, masse) et de découpe (scie à araser, à chantourner, égoïne), il réalise le façonnage (grande et petite hache, herminette, plane, ciseaux à bois) et les finitions (rabot, varlope, guillaume, bouvet, doucine).

Le bardeautier

Pour les cases créoles dont la structure est recouverte de petits modules qui ressemblent à des écailles de poisson, on fait appel au bardeautier. D’environ 8 centimètres de large sur 30 centimètres de long, ces bardeaux sont réalisés avec le fendoir et la petite hache, puis taillés en biseau, afin d’en faciliter la pose et la superposition.

Le ferblantier

Au-delà de son rôle décoratif, le lambrequin permet un meilleur écoulement des eaux : freinée par sa surface, l’eau est transformée en gouttes qui, en tombant de l’auvent, viennent nourrir et favoriser la fleuraison des plantes situées juste en dessous des fenêtres. En bois ou en acier, ils sont fabriqués par le ferblantier qui les découpe au ciseau à bois, en suivant les contours qu’il aura tracés sur la feuille de tôle.

Le ferronnier

Comme son nom le laisse supposer, le ferronnier travaille le fer. Cet artisan peut aussi bien réaliser des pièces de quincaillerie que des objets de décoration comme le « Baro » (portail), des grilles ou des rampes d’escalier. Toutes les techniques que ce professionnel utilise quotidiennement sont encore manuelles : le martelage, le forgeage, l’estampage, l’emboutissage, la fusion ou la fonte.

 

 

test