fbpx

Les principaux éléments d’un tableau électrique !

Comprendre et lire un tableau électrique

Un tableau électrique regroupe l’ensemble des disjoncteurs et interrupteurs associés à chaque équipement de la maison. Dans ce coffret en plastique, tous les éléments sont organisés en rangée, reliés entre eux par le biais des peignes électriques dont l’écartement des « dents » permet la mise sous tension de chaque circuit. Mais encore faut-il en comprendre les éléments essentiels pour s’assurer de leur bon fonctionnement…

Les principaux éléments d’un tableau électrique

Au-delà des éléments mentionnés ci-dessous, le tableau électrique compte obligatoirement un bornier de répartition de phase et un bornier de répartition de neutre, destinés à raccorder les interrupteurs ou disjoncteurs différentiels aux conducteurs (phase et neutre) venant du disjoncteur général.

Par ailleurs, il peut accueillir des équipements complémentaires tels qu’un parafoudre, un éco-compteur, une minuterie, un délesteur, etc.

L’interrupteur et disjoncteur différentiels 30mA

Le rôle du différentiel est de protéger les personnes de toute perturbation de l’intensité électrique : au-delà de 30 mA, il coupe immédiatement l’arrivée du courant sur toute la rangée où il est placé. Voilà pourquoi il est impérativement positionné au début du circuit, pour pouvoir jouer son rôle et rompre l’alimentation des autres éléments placés à sa suite, en cas de courts-circuits ou de surcharges.

Les disjoncteurs divisionnaires

À la suite du disjoncteur ou interrupteur différentiel 30 mA, il y a les disjoncteurs divisionnaires, destinés à protéger les circuits de l’installation électrique. En fonction de la « nature » du circuit, la norme définit une intensité maximum pour le disjoncteur et le nombre maximum d’équipements autorisé pour circuit. Par exemple :

  • L’éclairage : 8 équipements par circuit sur un 16 A.
  • Les prises : 8 ou 12 par circuit pour un disjoncteur de 16A ou 20A.
  • Le gros électroménager : 3 circuits minimum, avec 1 équipement par circuit et un disjoncteur de 20A.
  • Les plaques de cuisson: 1 circuit par équipement et habitation avec un disjoncteur de 32A.

Le bornier de raccordement à la terre

Comme son nom l’indique, le rôle du bornier de raccordement à la terre est de raccorder l’ensemble des circuits à la terre pour protéger l’installation contre les risques d’électrocution, en cas de défaut d’isolement. Concrètement, cela permet d’évacuer les fuites accidentelles de courant dans le sol et de couper le secteur, le cas échéant.

Les conducteurs électriques

Comme son nom le laisse supposer, les conducteurs électriques – que ce soit des câbles ou des fils – permettent de transporter l’énergie électrique.

 

Comment lire son tableau électrique ?

La première étape consiste à repérer et répertorier tous les circuits. Pour cela, il suffit de fixer un éclairage sur les prises et de les faire fonctionner pour identifier, quand il s’éteint, la cartouche fusible associée. Cela permet de savoir à quoi correspond chaque élément et de le noter.

Le tableau doit permettre l’ajout de circuits supplémentaires, tout en comptant suffisamment de modules pour assurer la sécurité électrique de l’habitation.

Généralement, il est recommandé de placer 2 disjoncteurs différentiels de 30 mA et autant de disjoncteurs divisionnaires que de circuits à protéger. Pour cela, il faut lister les différents équipements de la maison ainsi que leur sensibilité pour connaître le nombre de bornier de raccordement et de peignes électriques nécessaires aux connexions.

Pour info, le tableau électrique doit être situé à proximité du disjoncteur général, mais ses modules les plus bas ne doivent pas être à moins de 1 mètre du sol.

 

De nos jours, un tableau électrique doit satisfaire les exigences de la norme NF C 15-100. Il doit être visé par un agent du Comité National pour la Sécurité des Usages de l’Électricité qui délivrera une attestation. Depuis le mois de janvier 2009, le diagnostic certifié est obligatoire pour la vente d’un logement doté d’une installation électrique de plus de 15 ans. Mais au-delà de cette loi, il est vivement conseillé de le réaliser tous les 3 ans pour prévenir les risques d’électrisation, d’électrocution ou d’incendie.

Commentaires

mood_bad
  • Pas de commentaires pour l'instant.
  • chat
    Ajouter un commentaire
    test