fbpx

En rénovation ou en neuf, double ou triple vitrage ?

Faut-il du double ou du triple vitrage ?

Que ce soit en construction ou dans le cadre de travaux de rénovation, la pose ou le remplacement des fenêtres s’accompagne systématiquement de la question : faut-il du double ou du triple vitrage ? Deux options différentes, mais qui n’imposent pas forcément l’exclusion de l’une par rapport à l’autre… Explications.

Quelle est la différence entre le double et le triple vitrage ?

Le coefficient Ug est une unité de mesure d’isolation thermique. Quand un simple vitrage dispose d’un coefficient à 6,8, un double descend à 2,8, voire plus bas s’il est à isolation renforcée (VIR). Un triple vitrage est à 0,8.

 

Si ce coefficient est évidemment de plus en plus bas, c’est notamment grâce à la composition de ces vitrages. Lorsqu’il est double, il est formé avec 2 verres de 4 mm d’épaisseur, séparés entre eux par un espace de 16 ou 20 mm rempli de gaz. Le triple vitrage repose sur les mêmes principes, si ce n’est qu’il compte 3 couches de verres et que les espaces remplis de gaz entre chaque ne sont que de 12 mm.

 

Avec ses deux feuilles de verre, le double vitrage assure déjà une bonne isolation thermique et acoustique, mais elle est plus efficace avec du triple vitrage (à produits de gammes équivalentes). Par contre, ce dernier, plus épais et plus lourd, n’est pas forcément adapté aux menuiseries traditionnelles…

 

Dans les climats extrêmes, le triple vitrage permet de maintenir l’intérieur frais l’été et plus chaud l’hiver, quand le double laisse davantage passer la chaleur venant de l’extérieur – ce qui s’avère intéressant pour capter les calories solaires pendant les saisons plus froides.

En rénovation ou dans le neuf : quel vitrage ?

L’évolution de la réglementation thermique élève l’habitat passif au rang de référence : or, pour y répondre, le triple vitrage s’impose naturellement dans la construction.

 

Par contre, dans l’ancien, les travaux de rénovation ne pourront pas suivre les mêmes objectifs : quand les fenêtres sont responsables de 10 à 15 % de la déperdition énergétique, la toiture monte ce chiffre à 30 % ! Du coup, la pose d’un triple vitrage s’avérera forcément moins efficace. Peut-être sera-t-il alors plus pertinent de préférer un double vitrage pour injecter les économies réalisées sur d’autres secteurs (isolation des combles, des murs…). Dans tous les cas, la conduite à suivre dépend de l’état de l’habitation, ainsi que des menuiseries existantes.

Pour vos vitrages, et pourquoi pas du double ET du triple ?

En rénovation comme en construction, il est aussi possible de mixer les deux options en fonction de ces critères :

  • La zone géographique 
  • L’orientation du bâtiment
  • L’isolation du bien et la ventilation
  • La transmission lumineuse (TLw), à l’intérieur plus importante en double qu’en triple
  • Le facteur solaire (coefficient Sw, avec Sw été tenant compte des protections solaires et Sw hiver)
  • Le confort d’été souhaité (peut-être un double vitrage sur les façades exposées, avec stores, volets…)
  • La taille des ouvertures (le triple vitrage est plus indiqué sur des baies et des grandes fenêtres)
  • La pose d’un triple vitrage plus lourd est-elle possible sur les menuiseries existantes ou faut-il revoir l’ensemble du châssis ?
  • Le prix du triple vitrage (nettement supérieur au vitrage à isolation renforcée)

 

 

Suite à l’analyse de tous ces facteurs, il vous faudra trancher entre une isolation optimale, mais un triple vitrage susceptible de bloquer le rayonnement solaire entre les saisons. Pour démêler tout cela, reposez-vous sur l’expérience des artisans Batitag : leur savoir-faire et leur connaissance du marché en font d’excellents conseillers pour viabiliser votre projet dans les termes d’aujourd’hui comme dans ceux de demain…

Commentaires

mood_bad
  • Pas de commentaires pour l'instant.
  • chat
    Ajouter un commentaire
    test